Ducati 996

Rédigé par kriko - - 3 commentaires

Et le rêve se réalisa un beau jour ...

Voici la mienne : encore plus belle en jaune qu'en rouge

Ducati 996

Tout commence chez Yohann Moto Sport où je vais récupérer la CB 500 S (changement du pneu arrière). Je traine un peu dans le magasin et vois une splendide 1098 toute neuve ! Il s'avère qu'elle est vendue et que l'acheteur vient de laisser sa 996 en dépot-vente. Elle est dans la pièce à côté et Michael m'invite à venir la voir...

On y est. Elle est là, toute jaune - une Ducati c'est rouge normalement, non ? - Je tourne autour, regarde, inspecte. Michael me propose un petit essai statique : on dirait un vélo tellement c'est fin et léger. Ca me change de la 1000 CBR.

Je craque : l'affaire est conclue le 16 Janvier mais il ne sera possible de la récupérer qu'à partir du 28 février. La longue attente commence... Rester calme, ne pas y penser tout le temps, apprendre la patience, me faire à ce jaune moi qui la voulait rouge...

Finalement, le vendredi 9 mars, coup de fil de Yohann : je peux venir la chercher Samedi.

Samedi 10 mars : la belle m'attend devant l'atelier, flanc de carénage gauche déposé (6 goupilles rapides). Le Chef mécano me fait alors la prise en main. En regardant de plus près, je note du carbone un peu partout...

On fait le tour de la machine : les boites à air en carbone et les silencieux à absorption (eux aussi en carbone) en imposent. On remonte le flanc (15 secondes), on tourne la clé, actionne le petit bouton derrière la poignée pour accélerer un peu le régime au démarrage et enfin, le Chef appuie sur le petit bouton rouge !

Quel bruit ! Grave, caverneux, les infrasons remuent les tripes. Un moteur d'avion de chasse du temps des Spits !

Le temps de dire au revoir à tout le monde et j'enfourche la machine : je suis sur la pointe des pieds. Je débraye (il faut une poigne de fer), enclenche la 1ère (paradoxalement, la boite est très douce), et décolle sur un filet de gaz... Ca ronfle, c'est raide comme un bout de bois, la selle (un tabouret en formica est plus confortable) ne filtre aucune des aspérités de la route.

Je roule calmement sans trop ouvrir et teste la maniabilité de l'engin : insensible au contrebraquage, il faut la bouger avec le corps. Quelques coups de frein pour tester : l'avant est mordant mais progressif, l'arrière est un ralentisseur.

Au bout d'une dizaine de kilomètres, une bonne ligne droite, je me décide à mettre un peu de gaz (mon dieu que la poignée est dure). Le gros twin envoie la grosse patate dès 3000 tours et jusqu'à 7000. A partir de là, l'aiguille se précipite vers le 10000 en crachant les chevaux haut placés. Un coup d'oeil au compteur : je me croyais à 120-130 et je suis à 170. La machine est tellement stable et saine que l'impression de vitesse est faussée. Il va falloir être vigilant...

Je décide de faire un petit détour avant de rentrer pour tester deux trois virages et surtout une belle boucle de 360° pour sortir de la nationale.

J'attaque le premier virage un peu anxieux quand même, mais le corps aidant, elle se pose sur la trajectoire et s'y tient parfaitement. Je peux voir la sortie du virage, alors je mets les gaz franchement. La roue avant décolle et je suis encore sur l'angle ! Ooops ! Drôle de sensation mais la bête ne bronche pas et ne bouge pas d'un iota.

Dans le 360° j'ai peux prendre de l'angle, et là, la moto est fabuleuse. On la croirait calée dans un rail ou une goulotte tellement c'est stable et rigide.

Voilà, après une petite vingtaine de Km, j'arrive chez moi. J'ai mal dans le dos, aux fesses, aux bras et aux poignets. J'ai encore le souvenir de mes dents qui ont claqué quand j'ai passé 5 vibreurs à l'entrée d'un rond point un peu vite...

Que dire de cette moto ?

D'un point de vue objectif :

  • Tenue de route irreprochable mais il faut piloter
  • Freinage puissant mais progressif
  • Moteur à sensation : pas souple en dessous de 2500 trs/mn, coupleux à mi-régime, joyeux dans les tours
  • Confort : digne d'une vrai mini-cooper
  • Ergonomie des commandes : parfaite mais pourquoi tout est si dur ?
  • Côté pratique : inexistant !
  • Détails agaçants : visserie de mauvaise qualité (j'ai déjà changé certaines vis par des vis Inox), électricité à revoir.

De mon point de vue totalement subjectif

  • Robe sublime
  • Moteur fabuleux
  • Tenue de cap bluffante
  • Bruit (musique ?) enivrant
  • Frime maximale

Le nectar de sensations qu'elle distille me fait tourner la tête !

Revendue à regrets en 2009, mais il y a une suite à l'histoire

3 commentaires

#1  - JyD a dit :

Ben moi j'ai eu droit à un week-end d'essai de a bête (en échange de mon K1200R et voici mes impressions :

On commence par les points faibles :
- C'est une cocotte minute en ville : Dés qu'elle chauffe on a la jambe droite en feu ..
- C'est dur comme un bout de bois : difficile de rouler ailleurs que sur du bitume tout lisse avec ce genre d'engin...
- L'emplacement et le maniement de la clé de contact est difficile (peut-être à cause du tapis de réservoir
- En ville, on peut se faire engueler par les automobilistes qui ont la vitre ouverte ... c'est vrai qu'avec les pots sous la selle donc à hauteur de fenêtres, l'odeur d'huile et d'essence, le bruit .. y a de quoi ennerver les vieilles dames ;-)

Et maintenant les points forts :
- Moto mythique : trop cool de conduire cet engin : des sensations terribles, le regard des passants et des automobilistes (ceux qui aiment uniquement ;-)
- Moteur linéaire et exploitable : Il tourne super bien. je m'attendais à une gestion pas parfaite du bloc étant donné l'age et le kilométrage de l'engin... mais non, tout est nickel (manque juste un peu de petarade en déccélération ;-). Au fait ça pousse mais rien d'extraordinaire non plus par rapport à mon K12R
- Guidage de la machine : il suffit de regarder ou l'on veut aller pour y aller : la moto est instinctive ... Attention cependant faut être en confiance car si tu regardes le fossé tu y vas !!
- Tenue de route : un rail
- Les freins : progressifs, dosables, efficaces. manque cependant à mon avis un peu "d'attaque" ou de "mordant" à la prise du levier (faut dire que sur mon BMW y a un amplificateur de freinage .. et y a trop de mordant)

Conclusions : trop cool de rouler avec cette machine de temps en temps. A réserver à des trajets courts sur du bitume propre ou du circuit. (Je ne pense pas que cette machine soit vraiment exploitable sur les départementales un peu bosselées ou pas parfaites : on doit vite se faire peur...)

Merci Kriko pour ce prêt.

Répondre
#2  - julian a dit :

Et voila ! SK est dans la cour des grands, fini le temps des 125, 250 et autres semi moto. Maintenant le pilote de l'usine Ducati a une 996, un monstruo !!! Et c'est pour quand la photo de la bellisima avec el ragazzo, il va falloir que je me mette à l'italien. Et en plus en moto GP elle gagne !! Bellissimo Stefano !

Répondre
#3  - david a dit :

salut j'aurais aimé savoir comment tu fais pour retendre la chaine sur se genre de machine?

comme c'est un monobras le systeme est particulier j'imagine?

faut t'il de l'outillage particulier?

merci de tes reponses

A+

davidquid@wanadoo.fr

Répondre

Fil RSS des commentaires de cet article

Écrire un commentaire

Quelle est la dernière lettre du mot pjgf ?