Sou beurek (recette Arménienne)

Rédigé par kriko - - 1 commentaire

La recette du sou beurek – littéralement "beurek à l'eau" – tel que le préparait ma grand-mère Arménienne. Prévoyez près de deux heures de préparation.

Recette pour un sou beurek d'environ 40 cm.

Ingrédients

  • 300g de farine
  • Environ 100g de beurre
  • 200g de feta
  • 150g de gruyère
  • 3 oeufs
  • 1/4 de verre d'eau
  • 1 bouquet de persil
  • sel, poivre

Préparation de la pâte

Battez avec un batteur électrique les oeufs et le quart de verre d'eau avec du sel. Incorporez très doucement la farine tamisée. Dès que la pâte commence à épaissir, pétrissez- la avec les mains et continuez à verser le reste de la farine. Vous devez obtenir une pâte souple.

Répartissez votre pâte en 8 boules de taille égale. Etalez chacune de boules de façon à obtenir un disque d'environ 25-27 cm (la feuille s'agrandira jusqu'à 40 cm lors de la cuisson). L'épaisseur des feuilles ne doit pas excéder 1/10mm !

Petite astuce de mon frangin pour obtenir de belles feuille rondes : étaler puis tourner la feuille d'un quart de tour. Recommencer l'opération (étaler et tourner d'un quart de tour) autant de fois que nécessaire jusqu'à obtenir une belle feuille ronde de la taille désirée (25-27 cm). Ne pas hésiter à fariner la planche, la feuille et le rouleau pour éviter que cela ne colle.

Vous devez maintenant disposer de deux grands récipients, l'un contenant de l'eau bouillante salée et l'autre de l'eau froide. Trempez une à une chacune des feuilles de pâte dans l'eau bouillante pendant 2 minutes puis plongez-la dans l'eau froide. Retirez-la et épongez l'eau à l'aide d'un papier absorbant.

Préparation de la farce

Ecrasez la feta avec une fourchette, ajoutez le gruyère, le persil (n'hésitez pas à en mettre beaucoup), le sel et le poivre. Mélangez bien.

Préparation du sou beurek

Divisez le beurre en 6 parts. Posez 1 feuille sur le moule en fer (préalablement beurré) et éparpillez de tout petits morceaux de beurre(1/6), redisposez 1 autre feuille, éparpillez de nouveau du beurre (1/6) puis redisposez 1 feuille et éparpillez du beurre (1/6). Enfin disposer la 4ème feuille et sur celle-ci, répartissez la farce.

Puis disposer les quatre feuilles restante et le beurre en alternant à nouveau (une feuille, du beurre, une seconde, du beurre, une troisième, du beurre et la dernière). Sur la dernière feuille sur étaler du beurre fondu à l'aide d'un pinceau. Découpez en losanges sur toute la profondeur.

Ce plat se cuit en 2 temps : après 15 minutes dans un four à 190°, sortez le plat et laissez- le refroidir ; remettez-le au four 15 minutes avant de servir.

A noter qu'il est possible de cuire le sou beurek à la poële (penser à le retourner à mi-cuisson)

Classé dans : Recettes - Mots clés : aucun

Nouveaux ajouts dans la galerie

Rédigé par kriko - - Aucun commentaire

Quelques scans de plus dans la galerie

Copyright © Stéphane Krikorian. Tous droits réservés.
Ces photos ne sont pas libres de droit et sont régies par le droit français et le code de la propriété intellectuelle

Nouveaux ajouts dans la galerie

Rédigé par kriko - - Aucun commentaire

Quelques scans de plus dans la galerie

Copyright © Stéphane Krikorian. Tous droits réservés.
Ces photos ne sont pas libres de droit et sont régies par le droit français et le code de la propriété intellectuelle

Je n'ai pas voté

Rédigé par kriko - - Aucun commentaire

En ce jour d'élection, je n'irai pas voter. Faites comme moi et profitez du temps gagné pour comprendre pourquoi ...

La classe politique veut marquer sa différence, se distinguer d'un peuple considéré comme incompétent pour s'occuper des affaires publiques.

Classé dans : Général - Mots clés : aucun

Quelques maximes de Mahāvīra

Rédigé par kriko - - Aucun commentaire
  1. Même si une personne arrive à accumuler une montagne d'or et d'argent, cela ne signifie rien pour elle car son désir est infini comme le ciel
  2. Quelque fois, au moment de la fructification, les êtres vivants sont contrôlés par les karmas, alors que d’autres fois, au moment de l’action, les karmas sont contrôlés par eux, exactement comme au moment de prêter de l’argent le créancier est dans une position plus forte, alors qu’au moment de le rendre c’est le débiteur qui a la position plus forte.
  3. L’âme est l’auteur et le bénéficiaire, à la fois, du bonheur et du malheur ; l’âme est son propre ami, quand elle agit bien, et son propre ennemi, quand elle agit mal.
  4. Il y a toujours une arme plus puissante qu’une autre, alors qu’il n’y a pas de non-arme (ahimsa) plus puissante qu’une autre, c’est la seule.
Mahāvīra
Classé dans : Jaïnisme - Mots clés : aucun
Fil RSS des articles